Mon récit du Radicassant

Mon récit du Radicassant

Finisher: n.m, désigne un coureur qui, épuisé mais le torse bombé ;), franchit la ligne d'arrivée après un périple bien souvent très difficile.. synonyme: grand malade.

Car oui, je suis finisher de ce Radicassant, premier du nom, et ses 110km pour 3200 de D+, un gros morceau ajouté à cela des conditions météo plus qu'humides, ça donne une sacrée aventure qui s'est jouée "au mental" comme on dit ! mais revenons au départ...

Nous sommes le vendredi précédent le départ, j'arrive sur le site accompagné de ma chérie pour retirer mon dossard. Par chance nous y croisons les collègues de l'AS CHU, bien décidés à en découdre demain après une grosse prépa. Pour ma part, je suis assez confiant car, de mon coté aussi, je me suis assez bien préparé à cet évenement mais, veille de course oblige, on psychote un peu en se disant "j'aurai dû faire ci ou ça, etc." Bref, nous regagnons notre chambre d'hôtel située à une vingtaine de minutes du départ. c'est donc le moment des derniers préparatifs: vérification de l'alimentation (une dizaine de gels, 5 pâtes d'amandes et 3 barres énergétiques "longue distance), accrochage du dossard sur le sac, etc

Le repas vite avalé, direction dodo pour optimiser le repos d'avant course car demain le réveil sonnera à 4h15... La nuit est courte mais je me lève conscient de l'ampleur de ce qui m'attends et déja concentré. Je me prépare dans la chambre d'hôtel, je pars en short/tee shirt avec des manchons mollets et bras. J'y ajoute ma veste Salomon Bonatti, que j'étrenne d'ailleurs aujourd'hui, ce sera l'occasion de tester ses propriétés imperméables et respirantes !!! Je suis fin prêt et nous voilà partis vers le site de départ. Là bas j'y retrouve les compagnons du CHU, la bonne humeur est de mise. Le briefing de départ passé, nous nous postons sur la ligne de départ. Il est 6h, ça y est me voilà parti pour 110km... et forcément pour changer en Normandie, il pleut...

Mon récit du Radicassant

Je suis très prudent sur les premiers kilomètres de cette course tout comme le soleil qui peine à pointer le bout de son nez, le peloton est détendu et cela est appréciable car ça ne double pas dans tout les sens comme sur des courses plus courtes. Dès le départ nous nous mesurons à la première difficulté, ça monte et c'est bien cassant ! La pluie est toujours présente et j'arrive au premier ravitaillement après 18km et un peu plus de 2h de course. Ma chérie est là, c'est super agréable de se sentir accueilli mais je ne m'attarde pas trop longtemps, il s'agît de rester concentré. Le ravitaillement est succinct et situé au bord d'un étang sous un abri. Je rempli les bidons, je veille à bien m'y hydrater.

Et c'est reparti ! 18km de fait, le temps est toujours aussi pourri, mes pieds sont trempés mais ma veste me permet de rester (presque) au sec ! Je repars juste derrière Denis, Stéphane et Claude, les 3 compères qui courent sur un rythme bien calé... ça sent l'expérience, respect à eux !!! Les passages en forêt se multiplient ce qui nous abrite un peu, le terrain est gras et il nous faut rester bien vigilant pour ne pas chuter, les ornières sont nombreuses. Je croise quelques coureurs, dont un qui fait ce Radicassant pour se préparer au Raid de l'Archange (270km sur le sentier des douaniers) mi juin !!! Ce dernier m'a bien sauvé la mise à un moment puisque n'ayant pas vu le balisage, j'ai continué tout droit à fond dans une descente... J'ai donc fait demi tour, tout remonté pour retrouver mon chemin, je n'ose même pas imaginer s'il ne m'avait pas appelé !!! Le parcours est assez varié sur cette portion entre passages sur route, chemins en sous bois et pentes courtes mais très raides à gravir !

Mon récit du Radicassant

J'arrive au ravitaillement du 38ème km, je suis encore assez frais même si les cuisses commencent déjà à bruler par moments. J'y retrouve ma chérie, ses encouragements me sont salutaires, je remplis à nouveau mes deux bidons presque vides (j'ai bu 1,5l sur ces 20 derniers km...). A ce moment de la course, il me reste un peu plus de 70km à parcourir, ça va être dur et je me prépare déjà à affronter quelques coups de moins bien ! ça fait plus de 4h30 que je cours, la pluie commence tout juste à cesser... une deuxième course commence ! Rendez-vous est pris avec ma chérie au 50ème km pour me changer, en effet ce sera le seul endroit autorisé de la course pour une assistance extérieure. Je repars de ce ravito et une nouvelle bosse se présente à nous !

Sur cette portion de course, je fais la connaissance de 2 traileurs du coin qui ont préparé ce Radicassant en faisant le parcours entier en plusieurs fois ! Apparemment le plus dur est à venir, notamment à partir du 70è... gloups. Je commence à de plus en plus alterner course et marche, j'arrive encore à tenir un bon petit rythme en courant, la foulée n'est pas encore altérée par la fatigue. J'arrive donc chemin faisant au ravitaillement du 50ème km. Ma chérie est bien présente, je récupère mon sac "de confort" avec des affaires propres à l'intérieur. Le ravitaillement est plus complet que sur les deux précédents, j’engloutis 2 sandwichs au jambon et au paté avec une petite soupe ça fait un bien fou ! Je me change également : tee shirt manches longues, nok et chaussettes propres (ampoules sous la plante des pieds naissantes...). Il y a pas mal de concurrents à ce ravito et l'espace est assez restreint pour pleinement profiter de cette pause. Je ne m'y arrête en effet qu'à peine 15mn. Je repars le ventre plein et au sec... les jambes sont lourdes sur les premiers hectomètres, je suis seul, personne en point de mire et personne derrière non plus! Le fait d'être un petit peloton au départ (130) a pour conséquence que les écarts entre chaque concurrent sont déjà importants après plus de 6h de course...

Mon récit du Radicassant

Je suis vigilant au balisage car n'ayant aucun partenaire d'aventure à mes cotés, il s'agît de ne pas se planter !!! Je suis attentif, car si les balises sont bien visibles, elles sont en revanche assez espacées. Plusieurs concurrents en ont d'ailleurs fait les frais apparemment. Je vais arriver au ravitaillement du 70ème kilomètre 2h30 après avoir quitté celui du 50ème. J'aurai fait cette portion complètement seul, pas un seul concurrent de croisé !!! Je suis surpris de mon allure et de trouver le ravitaillement si rapidement. En effet, j'ai changé de montre au 50ème (batterie HS) et je n'ai donc plus d'indication précise sur les km parcourus, seul le chrono subsiste. J'apprendrai plus tard que ce ravito était non pas situé au 70ème mais au 66ème. Il est situé au même endroit que le premier ravitaillement. Je ne m'y attarde pas trop non plus malgré l'accueil chaleureux des bénévoles (ils ont été super tout au long de la course, ils ont bravé le froid et la pluie, bravo à eux et merci pour tout ces encouragements !!!). je suis toujours dans ma course, concentré malgré l'apparition de la fatigue, j'ai dépassé la mi course et nous empruntons d'ailleurs quelques portions de chemins du matin sur ce trajet retour.

Mon récit du Radicassant

Mais là, l'effort devient très difficile. Cette portion entre le 70ème kilomètre et le 90éme km est interminable. Je ne croise encore une fois presque personne mis à part des signaleurs bien isolés eux aussi, mais pas avares d'encouragements (que je leur renvoie, il en faut pour rester posté si longtemps au même endroit). On m'annonce que je suis 32ème, je suis surpris de cette place et ça me rebooste un peu... mais un tout petit peu... ;) En effet, le parcours passe par de longues pistes forestières en faux plat montant très boueuses et avec des ornières qui m'empêchent de courir ! ça glisse, et le moral en prend un coup... Je tiens bon mais l'idée d'abandonner m'aura effleuré l'esprit au moins 100 fois ;) sur cette portion ! Je parviens à sortir de ce bourbier après plus de 3h de galère et aperçois des signaleurs bien sympathiques qui m'indiquent le chemin... "Allez plus que 1,5km avant le ravito des 90km, c'est par là..." me disent-ils et là je vois une montée énorme, droit dans la pente, un vrai mur... bref l'idéal pour se refaire la cerise :(

J'arrive au ravitaillement du 90ème km environ 4h après avoirr quitté celui du 70ème km, je suis rincé, épuisé... Mais le moral revient, notamment grâce à l'attention des 2 bénévoles (que je salue au passage) de ce point de ravitaillement. Ils sont aux petits soins: un petit sandwich, une petite pause assis "au cul du camion" bref , c'est parfait pour se remettre en selle. j'envoie un texto à ma chérie pour la prévenir que je serais à l'arrivée dans 3h, optimiste le gars ! En effet, il reste 20km, ça va être difficile mais je repars vaillant et... claudiquant, les ampoules deviennent très génantes.Le temps redevient très changeant et après une bonne averse de grêle en début d'après midi, il se (re)met à pleuvoir en ce début de soirée. Et oui, en sortant du ravito au 90ème km, il est 18h30, ça fait donc 12h30 que je suis parti !

J'entame cette dernière portion, je parviens à bien alterner les moments de marche et de course et ce, même si les temps de transitions sont très très difficiles. Au fur et à mesure que je croise les signaleurs au bord du chemin, ils me préviennent des kilomètres qui s'égrainent... 13km, 11km, 10km... Allez il faut s'accrocher, il reste encore une difficulté, un véritable mur à environ 5km de l'arrivée. J'arrive au pied de cette côte, vraiment très raide, rendue très glissante par le passage des concurrents. Arriver en haut est un vrai soulagement surtout après plus de 100km d'efforts.

J'entends la voix du speaker qui annonce le départ du Radinoctrail, vers 21h30. Je m'accroche et m'efforce de courir le plus possible, j'ai vraiment hâte d'en finir. Vu l'heure, je suis obligé de sortir la frontale pour effectuer les derniers km. C'est le dernier kilomètre, je me rapproche d'un autre concurrent, mais je ne vais pas tenter de le passer, je n'ai plus la force... Plus que quelques mêtres, ça y est c'est fini, quelle délivrance, je ne peux plus. Ma chérie est là pour m'accueillir et je tombe dans ses bras.

Mon récit du Radicassant

Après exactement 15h48mn de course, je franchis donc cette ligne d'arrivée tant attendue pendant les (nombreux) moments plus difficiles de la course, à la 31ème place sur environ 130 partants et un peu plus de 80 classés. Je suis satisfait de moi, du fait que ma prépa m’aie permis d'aller au bout, de mieux "tenir la distance" que sur les dernières expériences de long. Bref, je continue mon petit bonhomme de chemin avec maintenant 2 ultra de + de 100 km à mon actif ! Un grand coup de chapeau à toute l'équipe d'organisation de ce Radicatrail qui a su relever le défi de lancer cet ultra, et un grand grand merci aux bénévoles rencontrés tout au long de ce parcours !

Un bravo aux finishers caennais (Denis, Stéphane, Nico) et particulièrement à Claude et Martine qui l'emportent respectivement dans leur catégorie. Maintenant place au repos, aux massages, aux soins car ma cheville a bien gonflé :(

A bientôt !

Julien

Yoyotito 03/11/2014 21:11

Quel récit incroyable!
Je suis tombé par hasard sur votre blog et la lecture de vos courses coïncident en tout points sur mes objectifs de course à venir:
Saintelyon 2014
Radicalisant 2015
Et tour des cirques 2015

Je serais donc intéresser par vos expériences, conseils et par votre plan detaillė pour la préparation du radicalisant

L avez vous toujours? Si oui pensez vous que vous pourriez me l envoyer par scan ?
Sportivement votre

julien 05/11/2014 23:26

Bonjour et merci de ce commentaire deja !
Pour ce qui est du plan tu peux aller voir sur ce blog j ai fait un article sur ma prepa du radicassant :) . Ton programme est chouette pour 2015 ! 3 courses que j ai eu la chance de faire qui sont vraiment sympa ...mais difficiles ;) bonne prepa je reste a ta dispo pour plus d infos

Running-Addict 01/05/2014 21:44

Super récit ou on a presque l'impression que les portions de 20km entre chaque ravito sont des courses à part entière! Chapeau! :)

Vincent 01/05/2014 16:28

Un grand respect JJ
Pour avoir fini cette course sans doute particulière , chapeau QM ..il faut avoir un moral d'acier et en + un super classement !
Un ultra de + qui se termine bien :-))
Toujours un plaisir de te lire

Repose toi encore

Un ami trailer
:-))

gg 28/04/2014 22:39

Un grand bravo mon ju'! Respect pour cette finishline qui t a visiblement donné du fil à retordre! ;-) ptite pensée pour ton assistante de compet '! ;-) pr ce qui est du récit. ..comme dab, un régal de lecture!

Nolwenn 28/04/2014 21:11

J'adore ta définition de finisher! Et félicitations pour ta course, ça doit quand même piquer (surtout sur la fin)! :D

julien-trail.com -  Hébergé par Overblog