80km du Mont Blanc... 19h40 plus tard, le récit !

80km du Mont Blanc... 19h40 plus tard, le récit !

Par où commencer ... ? Une semaine sur Chamonix entre potes avec le 80km en point d'orgue, il m'est difficile de coucher tout cela sur l'écran, mais je vais tout de même essayer ;) !

Comme je vous l'écrivais sur de précédents billets, avec mes 2 compères Lolo et Jéjé, nous avions prévu de reconnaître la deuxième moitié de l'UTMB en début de notre séjour, cela en mode rando afin de ne pas griller trop de cartouches. Arrivés le samedi 21 juin au soir sur Chamonix, nous avons débuté notre reco par la portion Courmayeur - la Fouly dès le dimanche, soit environ 9h de rando ! Le temps était superbe, nous avons vraiment apprécié cette journée, mais ma douleur sous l'avant pied s'est réveillée en fin de rando... J'ai donc décidé de laisser repartir les copains le lendemain sans moi pour la portion La Fouly - La Forclaz. Je les ai retrouvé au col le soir pour partager la soirée avec eux :) ! La douleur était bien présente et je ne donnais pas cher de ma peau pour le 80km qui se profilait quelques jours plus tard !

80km du Mont Blanc... 19h40 plus tard, le récit !

A notre retour sur Chamonix, j'avais 3 jours pour récupérer au mieux et reposer ce pied. La douleur est beaucoup moins présente au fil des jours et je m'aperçois que les massages prolongés aux huiles essentielles sont efficaces. Le jeudi matin, soit la veille du départ, nous allons récupérer les précieux dossards sur le salon dédié au trail et ouvert pendant les 4 jours de manifestation sur la place du Mont Blanc à Chamonix. Pour rappel, ce 80km n'est pas la seule course du weekend. Il côtoie le Kilomètre Vertical, les courses enfants, le 10km, le 23km et le marathon. Toutes les marques en vogue sont présentes sur le salon, c'est aussi l'occasion de rencontrer des contacts facebook en vrai ;) !

L'organisation est bien huilée, il n'y a pas beaucoup d'attente pour récupérer le dossard. Le sac de course est scrupuleusement vérifié et nous repartons munis du précieux sésame pour aller tranquillement préparer nos affaires. Le départ a lieu le lendemain matin à 4h, donc nous prenons me parti de préparer un maximum de choses en cette veille de course pour gagner de précieuses minutes de sommeil ! Pour ma part, je décide de partir en short, tee shirt avec des manchettes pour les premières heures de course. Pour le reste, je prends mon sac Raidlight Olmo 12l et les chaussures Brooks cascadia 10. Coté nutrition, ce sera les gels liquides Go2/Nutrisens Sport, des 9Bar cacahuètes, des bananes séchées et du Carbomax Fruits Rouges pour l'hydratation, toujours chez Nutrisens.

80km du Mont Blanc... 19h40 plus tard, le récit !

Maintenant, il faut gérer l'attente du départ, gérer la courte nuit qui s'annonce, se masser le pied... et se remasser le pied, être hyper-vigilant à la moindre gêne.... Note pour plus tard: apprendre à mieux gérer ses phases d'attente et se détacher de l’évènement ;) !

Heureusement, l'ambiance est toujours au top entre nous 3, et on se rassure mutuellement à mesure que le départ approche... Vers 22h, rideau, il faut dormir pour ne partir partir déja en dette de sommeil demain matin... réveil à 2h45... Et comme je ne suis pas du genre à dormir sur commande, je vous laisse imaginer la super nuit que j'ai alors passé :(

Le réveil sonne, ça y est, on est enfin le jour du départ ! L'excitation prend le pas sur la fatigue et la courte nuit passée... Nous descendons prendre le petit déj les yeux encore embrumés, je savoure ce petit moment silencieux où chacun se projette sur ce qui l'attend pour ce qui s'annonce comme une grande journée !

A noter la petite nouveauté, j'ai testé le "tattoo" du profil du parcours sur l'avant bras... ça évite de trimballer le papier pendant la course. la société qui a lancé cette idée sympa et utile s'appelle "skyline". Je les ai rencontré sur le salon et il y aura peut être une version "UTMB" à paraitre ;)

80km du Mont Blanc... 19h40 plus tard, le récit !

Vers 3h30, nous quittons notre hébergement pour se rendre à pied sur le site de départ. L'humeur est guillerette, il fait doux malgré la nuit. L'heure est à l'interrogation pour savoir si je mets ma veste ou pas au départ, ce sera sans quitte à avoir un peu froid... Je sais que le corps va vite monter en température après (... et je suis les conseils avisés de jéjé ;)). Allez, il est 4h, nous sommes placés en queue de peloton, bien dense avec plus de 1000 coureurs ! Il y a une ambiance sympa, nous sommes tranquilles, pas trop stressés comme cela peut être le cas parfois... En effet, du fait de ma gêne au pied, je me suis fixé de faire le point à chaque ravito pour savoir si je continue la course ou non. Donc prendre le départ est un bonus quoiqu'il arrive ! Allez c'est parti ! Le départ se fait à allure tranquille en quittant le centre de Chamonix. Nous sommes sur du bitume et la pente s'élève déjà. Je sors mes bâtons (Black Diamond distance). Le calme gagne le peloton encore bien dense en coureurs. Nous arrivons sur le sentier, encore large. Suivant la pente, j'alterne course et marche. Nous courons depuis environ 20 minutes quand arrive le premier bouchon qui nous stoppera pendant près de 20mn !!! C'est assez rageant de perdre du temps comme ça, mais bon l'essentiel n'est pas là et me voila reparti pour l'ascension du Brevent qui culmine à 2461m (pour rappel Chamonix se situe à 1000m environ... je vous laisse calculer le dénivelé ;)) avec 9km de montée. Je suis dans les pas de Lolo, la densité de coureurs réduit l'allure et nous décidons de commencer à doubler tranquillement tout au long des lacets de cette montée. Nous profitons des rares passages pour passer des coureurs. Jéjé est resté sage derrière, il monte au train et veut préserver au mieux son genou. La montée est magnifique, le soleil se lève en même temps que nous gagnons de l'altitude. Nous avons une vue dégagée juste en face du Mont Blanc, illuminé des premiers rayons du soleil, c'est le top ! Le paysage de sous bois laisse d'ailleurs place à un paysage plus rocailleux de haute montagne, nous cotoyons les premiers névés... Nous sommes au sommet après 2h41mn de course, je pointe en 880ème position... piano piano. Les paysages au sommet avec les premiers lacets de descente nous rappellent le début de course de l'UTAT et nous nous faisons la remarque avec Lolo... Nous traversons les premiers passages neigeux et en sortant de ce tronçon (alors que Lolo filme...) je me ramasse lamentablement le cul par terre ! Rien de grave et une bonne rigolade au visionnage de la video ;) !

80km du Mont Blanc... 19h40 plus tard, le récit !

La descente vers le premier ravito de Planpraz n'est pas très technique, elle emprunte une large piste caillouteuse et je descend en petite foulée. La forme est là, tout les voyants sont au vert au sortir de cette première grosse ascension de la journée. Après 3h de course, j'arrive au ravito avec Lolo, nous nous y arrêtons que quelques minutes. Je me déleste du Buff et des manchettes car, même s'il n'est que 7h du mat', nous ressentons les premières chaleurs... Allez c'est reparti direction La Flégère pour un sentier en balcon plutôt descendant. Nous déposons distinctement deux cailloux sur une dalle pour signifier notre passage à Jéjé (c'est le code que l'on s'est donné la veille lorsque nous sommes venus reconnaitre cette portion). Vous l'aurez compris je repars en compagnie de Lolo, c'est super sympa de partager ce début de course ensemble, nous ne trainons pas tout en gérant au mieux notre effort. Nous continuons d'ailleurs à doubler d'autres participants quand nous arrivons au pointage de La Flégère (776ème et 3h44 de course, une centaine de places de gagnées depuis le dernier pointage).

80km du Mont Blanc... 19h40 plus tard, le récit !

S'en suit une jolie portion en balcon jusqu'à La Tête aux Vents où le soleil tape déjà bien fort alors qu'il n'est environ que 9h du matin. Je cours toujours avec Lolo est nous continuons à notre rythme et remontons le peloton. Quelques passages techniques nous ravissent. c'est simple, on ne voit pas le temps passer quand nous arrivons à la Tête aux Vents après 4h26 de course (707ème). Place maintenant à une belle portion de descente pour rejoindre le 2ème ravito au Buet. Le sentier est technique, c'est un monotrace qui lézarde à flanc de montagne. C'est très sec, il y a beaucoup de poussière et il est assez difficile de doubler les autres concurrents, mais nous parvenons à suivre notre trace malgré tout ! Nous faisons la descente intégralement en courant en préférant les petits pas pour bien rester maître de sa trajectoire... Je suis la trace de Lolo, fin descendeur, c'est assez grisant ! presque 1000m de dénivelé plus bas nous arrivons au premier gros ravito de la course, le Buet. Nous avons fait environ 25km en 5h25 et sommes remontés en 642ème position. Au ravito, nous nous posons quelques minutes, je décide me crémer à nouveau les pieds à la Nok, car je sens que des ampoules se forment... Ma douleur sous l'avant pied ne se majore pas après ces 5h de course, c'est bon signe... Et puis les jambes suivent bien, le moral est bon et je cours avec Lolo donc tout va bien ! Nos avons d'ailleurs une pensée pour Jéjé à ce moment de la course, nous espérons que son genou tient. De toute façon, il ne nous a pas envoyé de SMS, c'est donc qu'il est en course !

80km du Mont Blanc... 19h40 plus tard, le récit !

Dès la sortie du ravito, nous attaquons la principale difficulté du jour, l'ascension du Col de la Terrasse, pas moins de 1300 de dénivelé positif en 7km... on va faire dans le brutal ;) ! La première partie se fait en sous bois, c'est agréable de sentir un peu de fraicheur, mais ça ne dure pas longtemps puisque la végétation se fait plus rare à mesure que nous progressons dans la pente. Lolo se cale dans mon rythme, nous sommes réguliers, beaucoup de coureurs s'arrêtent sur le coté, notre stratégie étant pour nous de monter à petits pas réguliers mais sans pause... Nous voyons un mur immense devant nous avec de grands névés, on y distingue, tout petits, des coureurs plus avancés dans la montée ! ça va être énorme cette montée ! En effet, la pente se fait plus raide, sans forcement de lacets pour l'adoucir, et nous arrivons au névé. C'est magique de progresser dans la neige, un vent de fraîcheur souffle sur ce 80km du Mont Blanc !!! c'est fabuleux et cela me rappelle un peu l'ascension du Mont Blanc de l'année passée... j'ai les cuisses en feu mais je suis aux anges ! Quelle chance d'être ici sur ce parcours ! Nous arrivons en haut après 2 bonnes heures de montée et avec les secouristes de montagne qui assurent la sécurité sur les derniers lacets de la montée (2655m d'alt) . Nous avons effectué 8h de course, nous pointons à la 521ème place, soit 120 places de gagnées depuis le ravito en bas du col... La bonne humeur est d'ailleurs de mise quand nous essayons de trottiner sur les premiers hectomètres de la descente, c'est hyper technique ! Entre les cailloux et la neige, difficile d'allonger la foulée ! D'ailleurs, sur les longues portions de neige, nous descendons sur les fesses, c'est plus reposant quoique bien brulant sur la peau .... La végétation réapparait, et nous continuons à trottiner tranquillement. Alors que nous apercevons un signaleur, juste avant une rivière (salutaire pour se rafraichir), Lolo nous gratifie d'une chute impressionnante dans les roches, heureusement sans trop de gravité mais avec un bon coup de flip !!!

80km du Mont Blanc... 19h40 plus tard, le récit !

Nous voilà repartis, rassurés qu'il n'y ait pas de conséquence à la chute de Lolo, c'est la fin de la descente et nous apercevons le barrage du lac d'Emosson. C'est aussi le lieu du prochain ravito. Une petite portion bitumée pour traverser ce barrage et nous voici arrivés au ravito après 9h04 de course (498ème place). Comme pour le Buet, nous prenons le temps de nous ravitailler correctement, de bien nous hydrater. Je savoure les verres de St Yorre et prend quelques petits trucs à grignoter... saucisson, pain, tucs, etc. Nous sommes à la moitié de la descente qui nous amène à Chatelard pour la prochaine barrière horaire. Allez nous voilà repartis, il est 13h, ça cogne !!! Nous effectuons la descente au même train, le parcours est cependant assez piégeux avec de nombreuses racines et la cheville commence un peu faiblir... en témoigne les 2-3 alertes que j'ai pu avoir sur cette portion ! Nous arrivons enfin à Chatelard après cette partie de la descente un peu plus pénible, nous sommes redescendus à 1100m d'altitude, soit 1500m de dénivelé négatif depuis le sommet du Col de la terrasse ! Pfiou... les cuissots en charpie ;) ! Lorsque nous arrivons à Chatelard (km42) nous pointons à la barrière horaire en 447ème position après 10h10 de course, encore 50 places de gagnées depuis le dernier ravito :) ! Nous dépassons tout juste la mi course, et pour la peine nous avons droit à un contrôle inopiné du sac par des commissaires de course: 3 éléments du sac à sortir (frontale, tel portable, veste coupe vent)... c'est un peu le bazar car les coureurs affluent, les 2 personnes en charge du contrôle sont un peu débordées, les pauvres...

80km du Mont Blanc... 19h40 plus tard, le récit !

Dès la sortie de Chatelard, nous entamons l'avant dernière grosse ascension qui nous mène vers la Tête d'Arolette à 2300m d'altitude, soit près de 1200m de D+ qui s'annonce ! La première partie de la montée se passe bien jusqu'au ravitaillement des Jeurs après 600m de D+ d'ascension. Le soleil tape fort, je me résous à porter un buff , moi qui ne supporte pas d'avoir quelque chose sur la tête, c'est dire ! Nous arrivons au ravito qui se présente à nous après une petite butte... C'est une bonne surprise ! Je me risque à prendre un bouillon de pâtes malgré la chaleur, mais il faut que je me remplisse le ventre avant la dernière partie de l'ascension. ça passe, un petit coup de Saint Yorre, le plein de mes Softflasks qui sont super adaptées sur cet ultra ! Elles seront top pour l'UTMB. La montée se fait sur une large piste au sortir du ravito, c'est impeccable pour se remettre en mode "couteau entre les dents" ;) ! Lolo est toujours avec moi, on se supporte mutuellement, c'est hyper stimulant, comme avec jéjé sur le Grand Raid des Pyrénées l'an passé. La montée devient plus raide et il n'y a plus d'ombre, je ressens un bon gros coup de moins bien sur cette partie, je serais "dans le dur" jusqu'au sommet à la Tête d'Arolette (2322m d'Alt). Place à la descente vers le col des Posettes, une belle piste se présente à nous et nous pouvons dérouler tranquillement pour récupérer un peu de cette difficile montée. Nous arrivons au col des Posettes après 12h48 de course et nous pointons en 393ème position, encore une cinquantaine de places de gagnées depuis Chatelard ! Il nous reste 4km de descente afin de rallier le Tour, prochain ravitaillement situé au 55ème km. J'ai repris du poil de la bête, et je parviens toujours à trottiner en descente ce qui nous fait gagner encore quelques places. Mon pied me rappelle cependant parfois à mes douleurs d'avant course, mais globalement ça tient !

80km du Mont Blanc... 19h40 plus tard, le récit !

Nous arrivons, Lolo et moi même, au Tour pour un bon ravito bien mérité après 13h32 de course, et nous sommes 367ème, 30 places de gagnées en 4km !!! Nous faisons une bonne pause et je réedite le petit rituel, bidons (avec du Carbomax Fruits Rouges de chez Nutrisens), St Yorre, Saucisson Pain Fromage... Allez, nous avons fait les 2/3 de la course, nous tenons le bon bout si nous continuons à ce rythme et dans cet état d'esprit ! La prochaine portion qui nous emmène au ravito des Bois ne nous fait pas gagner d'altitude. C'est du up and down (ou de la tôle ondulée sur le profil) sur environ 7km. On s'accroche, on parvient à trottiner sur les portions planes et descendantes. Lolo est un peu dans le dur à son tour, à moi maintenant de l'encourager. Il s'accroche bien le bougre ;) ! A l'expérience ;) ! Cette partie en vallée est un peu moins intéressante que les nombreux passages plus alpins que nous avons eu la chance de fouler. Mais bon, ça change... Nous arrivons alors au ravito des Bois, le dernier gros ravito avant l'arrivée ! Nous en sommes à 15h10 de course et 329ème au classement...

80km du Mont Blanc... 19h40 plus tard, le récit !

Lolo a du mal à retrouver un second souffle, il essaie de s'alimenter, de faire le plein de sucre pour se donner un coup de fouet. Nous croisons les regards d'autres participants, ça commence à tirer sévère, certains sont hagards, d'autres sont au taquet... Il nous reste la montée vers la gare de Montenvers et la Mer de Glace. Un petit 1000m de D+ au menu !!! Allez, on ne traîne pas, c'est parti ! Lolo est avec moi, on se motive et partons d'un pas décidé vers cette dernière ascension ! Les premiers laces sont difficiles, Lolo ne parvient pas à accrocher, mais il reste au contact, je ne m'inquiète pas pour lui et monte à mon rythme. Il raccroche d'ailleurs un peu plus haut lorsque nous arrivons à un petit "snack" où la patronne offre thé et café aux coureurs ! C'est super sympa et nous ne résistons pas aux chaises qui nous attirent vers elles !!! C'est à ce moment que nous retrouvons l'équipe du Caen Athlétic Cub... Un des gars n'est pas au mieux, il ne parviens plus à s'alimenter et il est vraiment dans le dur, allongé sur un banc... Nous finissons notre thé et transmettons le maximum de courage à nos amis caennais ! Allez encore un petite demi heure d'ascension pour rejoindre Montenvers, c'est très technique et nous progressons parmi les dalles et les parties cablées. Nous arrivons au niveau de la Mer de Glace, c'est magnifique et je me rappelle de l'année passée où nous étions passés par ce chemin pour faire l'Ecole de glace avant notre ascension... ça me porte et c'est le pas dynamique que nous entrons dans la gare et apercevons le ravito. Au chrono, nous en sommes à 17h de course et nous sommes 309ème. Cool !

80km du Mont Blanc... 19h40 plus tard, le récit !

Il reste à rejoindre le Plan de l'Aiguille qui surplombe Chamonix avant la dernière descente ui nous permettra de rallier l'arrivée. Cette portion se fait en balcon, nous distinguons Chamonix sur notre droite en tout petit. Le jour va bientôt laisser place à la pénombre... Les concurrents commencent à s'équipeer en conséquence, nous attendons encore un peu pour notre part. Je mène alors un petit groupe de 4 coureurs et le rythme semble convenir à chacun... Allez on s'accroche, on reste concentré ! Lolo n'est pas au mieux au niveau gastrique et juste avant notre arrivée au Plan de l'Aiguille, il nous gratifie du petit vomito ... ;) Je reste auprès de lui, ça semble aller et nous continuons notre bonhomme de chemin. Arrivés au Plan de l'Aiguille, nous décidons de ne pas nous arrêter au dernier ravito. Nous sommes 307ème après 18h20 de course. On va pouvoir faire moins de 20h si nous ne trainons pas dans la descente. Il fait nuit désormais, et nous repartons frontales vissées sur le front ! Sur les premiers lacets, il est difficile de courir tellement le sentier est technique... Au fur et à mesure de la descente, le sentier devient plus praticable et nous courons toujours... Ma cheville fatigue, elle se tord régulièrement d'ailleurs. Allez moins de 5km de l'arrivée, nous sommes de plus en plus proche des lumières de Chamonix... Les quadriceps sifflent, ça pique mais on court toujours ! Un virage, Deux virages, etc... ça y est, on quitte le sentier pour fouler le bitume de Chamonix, c'est magique ! La ville est éclairée, on éteint les frontales, il ne nous reste qu'1km, et on va profiter !!!

80km du Mont Blanc... 19h40 plus tard, le récit !

Les passants nous applaudissent, ils sont encore nombreux malgré le fait qu'il soit presque minuit... C'est hyper touchant, nous remontons une rue, virage à droite et ça y est c'est la rue piétonne... Magnifique, nous sommes portés par les mots des passants, j'ai les yeux qui brillent, on multiplie les accolades avec mon Lolo... Virage à gauche, au bout c'est l'arche !!! C'est irréel... Nous franchissons la ligne soulagés, éreintés, heureux, fourbis... On nous remet la médaille de finisher et le polo ... Une petite bière nous est également proposée... hummmm, je la rêvais celle là ;) ! 19h40 au chrono et une super 301ème place, sacrée remontée !!! Nous sommes hyper satisfaits ! Nous nous posons quelques minutes pour savourer notre bière, ainsi qu'un deuxième ;) ... Lolo est faible, il ne sent pas très bien... Je file voir les secouristes, v'là qu'il nous fait une petite hypo le Lolo ;) !!! J'attend l'arrivée de Jéjé, nous n'avons pas de nouvelles, ce qui veut dire qu'il est encore en course... C'est sympa de voir l'arrivée des autres coureurs. Peu de temps après, j'aperçois la carcasse du Jéjé, il arrive le coquin !!! C'est super, il est aux anges également !

80km du Mont Blanc... 19h40 plus tard, le récit !

Bon, si on fait le bilan rapide, j'ai adoré cette course, j'ai adoré le parcours qui est le plus beau que j'ai jusqu'alors arpenté, j'ai adoré notre stratégie de course et la façon dont nous l'avons abordé, j'ai adoré cette arrivée, j'ai adoré cette super semaine en Montagne avec les copains... Bref, j'ai adoré.

Place maintenant aux soins de ma cheville, de mon pied droit qui m'inquiète... Il parait que j'ai UTMB dans moins de 2 mois ;) !

Bizatous

Ju

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

remi 23/09/2015 12:54

super
Remi chamois

julien-trail.com -  Hébergé par Overblog