La Diabolik de Ragnar: A quand le prochain tour !!!

Ce n’était pas un poisson d’avril, les traileurs venaient affronter les vikings en ce samedi 1er avril du côté de Herqueville (50) dans le Cotentin. C’est une course originale, une première dans le coin, et elle se nomme La Diabolik de Ragnar. Le principe est simple : faire le plus de tours d’une boucle trail en 6h ! Cette même boucle emprunte de jolis singles du Cotentin sur 6,5 km avec 250m de dénivelé positif. 2 principales difficultés sur le parcours, une montée de 1,3km à 12% et l’autre sur 150m mais à 42% !

 

Les combinaisons étaient multiples pour participer à cette course, il était possible de la faire en solo, en relais à 2 ou en relais à 3. Pour ma part, j’avais trouvé en Vinc’ un super partenaire et nous étions donc inscrits sur la formule relais à 2.

 

 

Nous arrivions donc samedi matin, en espérant être épargné côté météo... quelques gouttes sur la route qui n'annoncent pas de bonnes conditions mais les prévisions sont unanimes, il devrait faire assez beau. Lorsque nous arrivons sur Herqueville, le vent est assez fort, il est vrai que nous sommes sur la pointe du Cotentin, en bordure de falaise... donc ça souffle, forcément.

 

Nous récupérons le dossard. Nous en avons un qui nous servira de témoin, nous nous le passerons à chaque tour. Un bénévole nous met en garde par rapport à la première descente de la boucle, elle est assez raide et surtout c'est assez gras, prudence ! Une fois le sésame récupéré, nous allons faire un tour au niveau du village départ. Les deux arches sont visibles, elles symbolisent, en plus du départ et l'arrivée, la zone de passage des relais. Un village viking est également implanté, l'association Berzerkati a pris possession des lieux: vikings en costumes, armes, tentes, matériel, cuisine... Plutôt chouette, cette Diabolik sera à coup sûr un peu plus qu'une course...

 

En attendant, il va falloir réchauffer un peu la machine car le départ du premier relais va être donné. C'est Vinc' qui va ouvrir le bal, je l'accompagne sur son échauffement et nous faisons tranquillement monter la pression. En se rapprochant de l'arche de départ, je croise plusieurs amis traileurs, Camille, Nicolas, Guillaume: ils feront la course en solo pour leur part, sacré courage !

 

Le temps reste un peu couvert, mais il ne fait pas trop froid... L'ambiance, elle, se réchauffe à mesure que le départ approche, le peloton n'est pas démesuré, les 250 dossards se sont écoulés avant la clôture des inscriptions. L'organisation propose un "claping" avant le départ histoire de se mettre en condition, un viking fait le cracheur de feu devant l'arche de départ, l'assaut va être donné, la corne de brume va résonner !!!

 

Vinc' est fin prêt pour en découdre, mais il s'agit d'être prudent car il va falloir tenir les 6 heures de course, courir toutes les 40 minutes environ selon les passages de relais... bref, le cardio risque de s'enflammer, les cuisses risquent de brûler... ça va être la guerre ! J'ai hâte de m'élancer...

 

Allez c'est parti ! Vinc' s'élance, il part prudemment dans le dernier tiers du petit peloton de relayeurs, 19 équipes en duo comme nous. Je n'ai maintenant plus qu'à patienter, qu'à peaufiner mon échauffement pour partir à mon tour dans un quarantaine de minutes. C'est le temps moyen que nous avons estimé avec Vincent pour faire ces 6,5km et ces 250m de dénivelé.

 

J'avoue que je trépigne, c'est bizarre de voir les coureurs s'élancer et de rester à quai. Je vois les autres coureurs qui semblent être dans le même état d'esprit que moi. Nous sommes comme des lions en cage, à tourner autour de l'arche et à guetter l'arrivée de notre compère... Le voilà d'ailleurs qui arrive, je vais enfin pouvoir entrer dans l'arène, Vinc' est pile dans nos prévisions et il semble bien, parfait !

 

Il me passe le dossard, me glissant au passage d'être prudent, il a vu le menu et il va falloir l'aborder avec humilité. Je m'élance, à moi Ragnar et sa Diabolik !

 

Je quitte le village par une large piste en faux plat descendant, c'est parfait pour lancer les hostilités. Je veille à ne pas trop partir vite même si l'envie est là. Arrive la descente, la gadoue, je suis prudent. Une fois en bas, le sentier part en bordure de mer, c'est super joli ,notamment avec les fleurs qui jalonnent le chemin. C'est assez roulant à vrai dire, et cela fait déjà deux kilomètres que je suis parti. Je suis au pied de la première difficulté, 1,3km de monte à 12%. Je monte en trottinant, sans trop savoir à quoi m'attendre, en espérant ne pas trop le payer par la suite. Alors, je me répète cette chose, si je la monte en courant sur le premier tour, j'ai intérêt à le faire sur chacun des tours suivants ! Ce sera mon leitmotiv du jour. Je m 'imprègne de l'allure que j'ai sur chaque difficulté du parcours pour tenter de reproduire le même type d'effort sur les tours suivants.

 

J'arrive en haut de cette longue montée, les cuisses piquent mais ça va. Je relance sur la partie plane avant de rapidement replonger sur une descente. Celle-ci débute par un joli single en terre avant de finir sur le bitume. On distingue au loin des petits coureurs qui gravissent le mur de la montée à 42%... Cette côte des fougères (déjà courue sur la Barjo?) est rebaptisée pour l'occasion "Le Promontoire d'Odin", rien que ça...

 

J'arrive en bas, allez, on met les mains sur les cuisses et c'est parti ! La montée est raide, je ne vais pas vous surprendre, mais ça passe bien. Je sens que mes séances de marche portent leurs fruits. Une fois en haut, virage à droite, et se présente alors un superbe sentier en balcon qui domine les collines du Cotentin. C'est superbe... Mais je ne suis pas là pour acheter un bout de terrain, alors je relance de plus belle pour finir la boucle, 1 km avant de repasser le relais à Vinc'.

 

 

Je reviens vers le village, et j'aperçois Vinc' remonté à bloc pour reprendre le dossard à son tour, 34 minutes sur mon relais, je me suis un peu emballé je pense. Il va me falloir bien récupérer pendant cette pause, m'alimenter et m'hydrater correctement pour repartir de plus belle. Cette course est grisante, il y a une sympathique émulation autour des arches d'arrivée et de départ. Les coureurs solo passent, reçoivent une bonne dose d'encouragements pendants que les relais s'effectuent en continu... C'est très chouette.


Mais bon, je ne m'éternise pas à contempler ce joyeux bazar et après 15 bonnes minutes de récupération, je commence à m'activer un peu en marchant et en trottinant pour chasser l'acide lactique... De plus, s'il ne pleut pas le temps reste assez couvert en cette matinée et il fait vite frais.

 

Voilà Vinc' qui revient, un peu plus marqué mais en pleine forme. Je repars pour mon deuxième tour, je l'aborde un peu différemment étant donné que dorénavant je connais la boucle. Je me sers du faux plat descendant sur le premier kilomètre pour me réchauffer et voir si les jambes sont prêtes pour le combat ! Tout va bien ...

 

Je relance aux mêmes endroits et au pied de la montée, je raccourci la foulée pour faire l'ascension. Je croise les coureurs solo, qui eux ne font pas de pause, mais chacun s'encourage c'est chouette. Je me rend compte que les jambes répondent bien aujourd'hui, surtout quand ça monte. 35 minutes plus tard, je repasse le relais à Vinc' qui va commencer le 5ème tour de notre équipe.

 

Et là le rituel de récupération s'installe, je me couvre, je m'alimente... Je profite du spectacle en encourageant les coureurs, en discutant avec les autres équipes de relais. Tous sont unanimes, le parcours est difficile et il se mérite ! Nous sommes d'ailleurs déjà presque à la moitié des 6 heures de courses, ça passe hyper vite !

 

 

Je reprends le relais pour mon troisième tour, les jambes sont à chaque fois un peu plus dures et je perds forcément en dynamisme. Mais je m'imprègne du parcours et me force à relancer dès que je le peux. Le chrono affiche 36 minutes lorsque je l'arrête à la fin de mon relais, je perds du temps mais je me rends compte que tout le monde perd environ une minute sur chaque tour, du fait de la répétition de l'effort.

 

Je prends le temps de bien récupérer, nous sommes l'après midi dorénavant, le soleil réchauffe les guiboles c'est agréable ! Je vais voir les commissaires de course pour m'enquérir de notre classement aux 2/3 des 6h. Nous sommes aux alentours de la 7ème place selon les tours, c'est super ! Il faut qu'on s' accroche.


 

Vinc' arrive et je m'apprête à m'élancer pour le 8ème tour, il n'est pas au mieux et me dit rapidement qu'il me laisse en faire 2 pour finir la course... Bon, ok... Cela me déstabilise un peu mais sans réfléchir, je pars à fond comme sur les tours précédents, on verra bien. Je cours en gérant un peu car il va falloir en enchainer 2 à la suite et en même temps je ne m'économise pas trop. Connaissant VInc', il m'a surement dit d'enchainer un peu à chaud et je ne serais pas surpris de la retrouver prêt à partir dès la fin de ce tour, histoire de finir en beauté ! C'est un guerrier...

 

Et effectivement, alors que je sors du dernier virage avant le passage de relais, je le vois prêt à se jeter dans l'arène pour un dernier tour ! C'est super, je lui crie dessus pour qu'il ne lâche pas ! S'il finit bien, j'aurais même le temps de repartir ensuite pour un tour final avant le gong des 6h !!! Avec 10 tours, on gagnerait assurément une place...

 

 

Le chrono tourne, il faut que VInc' passe en moins de 45 minutes, j'ai confiance en lui. Je me prépare, je retire la veste et l'attend prêt à jeter mes dernières forces dans la bataille ! Allez, allez...

 

Le voilà ! top ! Mais maintenant il va falloir s'employer pour finir le travail ! Il m'encourage et me voilà parti pour un énième tour ! Je m'accroche pour finir correctement, il n'y a plus grand monde sur le parcours !

 

Les deux dernières montées passent encore bien et bizarrement je suis même assez nostalgique à mesure que l'arrivée se rapproche... C'était une super journée ! Dernier virage, j'arrive ! Vinc' est là ! Nous sommes 6ème sur les 19 équipes engagées ! Quelle belle surprise ! Et quelle course !!! 10 tours, 65km et 2500 m de D+ partagés en deux ! ça fait une belle sortie en fractionné !

Que dire pour conclure de cette Diabolik de Ragnar ? Le concept est original avec ces boucles à répéter en solo ou en relais, le parcours était vraiment typé trail comme on l'aime, l'organisation était rodée alors que c'était une première édition rappelons-le... Et bonne nouvelle, il y aura une 2ème édition l'an prochain ! Alors courrez-y, faites passer le mot, nous avons vaincu Ragnar cette année mais nous releverons sans nul doute le challenge encore une fois l'an prochain !

 

Merci à tous les bénévoles ! Merci à Vinc' mon compère du jour, on s'est arraché pour Seb notre ami parti beaucoup trop tôt la semaine dernière...

 

On a vécu une super journée de sport, bravo aux amis traileurs croisés sur cette journée: Guillaume, Nico, Camille, Francis, etc.

 

Place maintenant à une courte récup' avant le Trail des 2 Amants ce dimanche !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Angelilie 07/04/2017 21:44

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une découverte et un enchantement.N'hésitez pas à venir visiter mon blog. au plaisir

Julien Leroy 08/04/2017 08:00

Merci beaucoup !

julien-trail.com -  Hébergé par Overblog