L'entrainement sans courir... ou l'intérêt des sports dits "portés"

Voilà presque 3 semaines que je me suis fait cette belle entorse de cheville... donc presque 3 semaines sans faire la moindre foulée... D'ailleurs, je devrais pouvoir re-trottiner en fin de semaine ou début de semaine prochaine selon mon kiné, cela s'évaluera selon les prochaines séances de rééducation.

A noter que le médecin du sport m'a retiré le plâtre quelques jours seulement après ma blessure... Trop d'immobilisation aurait rendue plus difficile la période de rééducation. J'ai donc pu commencer les séances de kiné 4 ou 5 jours après ma blessure.

Donc, 3 semaines sans courir... Mais pas sans activité physique ! Il ne faut pas y voir un acharnement, mais une période trop longue d'inactivité augmente les risque de blessure à la reprise du sport... En effet, garder une activité physique non traumatisante va préserver d'une rechute, ce n'est pas moi qui le dit mais j'ai lu ça dans un article du très intéressant "SantéSport Magazine", par l'intermédiaire du Docteur Stéphane Cascua, Médecin du sport:

"Les muscles, les tendons, les ligaments lésés et même les os fracturés profitent d’une activité physique progressive pour guérir au mieux. La kinésithérapie en fait partie, le sport adapté aussi ! Vous l’avez compris une sollicitation bien dosée favorise la «différenciation» des cellules amenées par le sang en cellules spécifiques"

Ainsi, avec l'accord de mon kiné j'ai très vite pu nager environ 3 fois par semaine. J'ai repris le vélo hier seulement. Sans oublier les exercices de proprioception liés à la rééducation.

Cependant, "si une activité dosée est essentielle pour guider la réparation des tissus, l’excès de sollicitation vient déchirer une cicatrice encore fragile. Un dosage subtil et progressif est impératif". Ainsi, non seulement je suis très prudent mais ces activités sont uniquement guidées par l'écoute de mon corps et de la douleur. Autrement dit, je ne cherche ni la performance, ni la progression quand je nage ou quand je pédale mais bien la rééducation active, tout en préservant une condition physique acceptable. Le simple fait d'avoir mal me fait stopper l'activité en cours.

Ces activités annexes (vélo et natation par exemple) sont dites "portées" car elles préservent les articulations des chocs que la pose du pied au sol provoque quand on court. Elles permettent tout de même de faire travailler les membres inférieurs sans (ou presque sans) contraintes. D'ailleurs, il faudra, à mon avis, que j'intègre à l'avenir ces activités dans mes cycles normaux d'entrainement. En effet, ils facilitent la récupération active et permettent le travail en pré ou post fatigue: par exemple pédaler 1 heure et aller courir 45 min. Le même site "SantéSport Magazine" propose la stat suivante: 83% des coureurs de fond se blessent dans l'année contre 52% des triathlètes. A méditer donc...

Bref, voilà où j'en suis aujourd'hui. Je suis guidé par l'objectif de l'Ultra Trail Atlas Toubkal en octobre et peut être le Kilomètre Vertical du Montcalm mi aout si mon corps le permet (mon kiné est optimiste). A très bientôt !!!

Ci dessous le lien de l'article que je cite plus haut: à lire !

"l'hypocrisie du repos", par Stéphane CASCUA, Médedin du Sport,http://santesportmagazine.com/?p=759

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

All in One Training 06/02/2014 12:13

Les sports portés sont les meilleurs, enfin à mon avis :)
Merci pour cet article!

julien-trail.com -  Hébergé par Overblog